Nous

Notre talent n’a de limites que celles de votre imagination… et encore… nous pouvons non seulement concrétiser vos rêves les plus fous, mais nous pouvons les transcender, les magnifier, les amener à un niveau que vous n’auriez jamais osé imaginer.

Chaque chose, chaque moment, chaque instant, chaque endroit, chaque lieu, chaque événement, a une histoire : laissez nous la raconter pour vous !

Nous sommes spécialisés dans le « clip « , le court métrage, d’une à quelques minutes, susceptible de promouvoir, de raconter, de soutenir, de figer le souvenir impérissable de vos lieux ou moments privilégiés. Promotion, publicité, films institutionnels, albums souvenirs, prévention, tels sont les thèmes que nous avons déjà expérimentés avec succès, et nous attendons avec grande impatience que vous nous soumettiez de nouveaux défis.

Les secrets de notre réussite sont aussi simples qu’évidents :

Ca doit coûter bonbon ?

Pas beaucoup plus qu’un simple reportage photos un tant soit peu abouti.

Consultez nous, ça ne coûte que le temps qu’on y consacre, et peut vous ouvrir de nouveaux horizons, que nous nous ferons un immense plaisir de dessiner avec vous…

shadow

Contact

shadow

CF3F Hombourg ( Le chemin de fer des 3 frontières )


Créer une association de patrimoine ferroviaire en Province de Liège n’est pas le fruit d’une lubie de collectionneurs passionnés. Cela repose sur une connaissance approfondie de l’histoire ferroviaire qui, elle, est intimement liée au Pays de Liège. Si la Belgique n’avait pas été engagée dans sa lutte pour l’Indépendance et la mise en place de son jeune Royaume, il y a fort à parier que la première ligne de chemin de fer au monde n’eut pas été britannique entre Liverpool et Manchester mais bien « liégeoise » avec le projet de John Cockerill (dont les usines étaient à Seraing) d’implanter une ligne, dès 1829, entre Bruxelles et Anvers. Et les références ferroviaires liégeoises sont encore liées à Cockerill, avec le Plan Incliné, entre Liège-Guillemins et Liège-Hauteur (Ans), qui par un astucieux système de câbles actionnés par des moteurs à vapeur permettait de vaincre 55 m de dénivellation sur 1850 m. Un exploit mondial en 1842 ! Cockerill encore avec la première loco « belge », et des locomotives de légende comme la « 12 » sortie en droite ligne de la BD et des ateliers de Seraing. Mais il n’y a pas que Cockerill, il y a évidemment Georges Nagelmackers (1845-1905) qui, depuis Angleur, rayonna sur le monde avec la Compagnie Internationale des Wagons-Lits dont le mythe ne faiblit pas.

Sans évoquer le fait que les différentes associations de patrimoine ferroviaire sont bien implantées dans tout le pays sauf à l’Est, implanter un centre d’histoire du rail en Pays de Liège et plus particulièrement à Hombourg trouve tout son sens dans le rôle des cheminots dans les deux guerres. Si Hombourg a été le théâtre des actes héroïques des agents du rail pour empêcher l’avancée de l’ennemi en 1914, la zone frontalière est en elle-même symbole aujourd’hui de paix. Le Chemin de Fer des Trois Frontières est le témoin de ces multiples lignes qui reliaient les peuples.

Relier les peuples, relier les générations, relier les gens. A une période où l’on construit davantage de murs que de ponts, le Chemin de Fer des Trois Frontières veut, par un projet remarquable de citoyenneté, dans lequel se retrouvent les valeurs de la vulgarisation historique, du tourisme convivial intelligent, du transfert des compétences et de la formation sociale, mettre la passion de ses membres au service de la collectivité. Les rails sont posés.

Retour vidéo